Comment réduire sa consommation d’emballages ?

09/07/2019

Près de 5 millions de tonnes d’emballages ménagers sont mis chaque année sur le marché. Un chiffre qui choque de plus en plus de consommateurs, qui se disent prêts à diminuer leur utilisation d’emballages, voire à s’en passer complètement. Revue de quelques moyens de s’orienter vers le zéro emballage à la maison…

Comment réduire sa consommation d’emballages ?

Prendre un cabas ou un caddie et refuser les sacs 

Certains commerçants se sont déjà lancés dans une démarche zéro déchet en proposant uniquement des sacs réutilisables. Il faut dire qu’ils ont été aidés par la législation, puisque les sacs plastiques à usage unique hors caisse (comme les sacs « fruits et légumes ») sont interdits depuis le 1er janvier 2017, sauf s’ils sont biosourcés (c’est-à-dire avec une part végétale) ou compostables en compostage domestique. En caisse, le sac en tissu, en papier ou en plastique épais réutilisable est gratuit ou payant, au choix du commerçant. Alors, ne sortez plus sans votre tote bag, votre sac de poche ou le cabas de votre grand-mère…  pour faire votre marché ou des petits achats d’appoint. Et, pour encourager votre commerçant à passer à l’étape suivante, rejoignez l’un des marathons de Zero Waste France, pour faire connaître la démarche zéro déchet.

Opter pour le vrac ou pour la consigne

 Certains consommateurs vont même déjà plus loin, en se lançant dans l’aventure du vrac. Dans une enquête de l’institut d’études Nielsen réalisée en décembre 2018, un consommateur sur trois déclare acheter des produits en vrac (hors fruits et légumes). Si le vrac ne représente aujourd’hui que 0,4 % des produits du quotidien, c’est une proportion qui double chaque année. Des boutiques spécialisées dans la vente en vrac sont d’ores et déjà implantées dans une cinquantaine de villes françaises et proposent des produits alimentaires (pâtes, riz, légumes secs, fruits secs, bonbons, épices, thé, café…) ou des produits d’entretien. On trouve même des corners de produits en vrac dans de plus en plus de grandes surfaces. En plus d’être vertueux écologiquement, le vrac l’est économiquement. Puisqu’il permet d’acheter la juste quantité, en fonction de son budget ou de ses besoins. D’autres démarches se développent dans le domaine de la cosmétique, avec la possibilité de recharger son flacon de parfum, de shampoing ou de gel douche quand on en a besoin.

Quant à la consigne, elle représente une piste avec un fort potentiel. Ce système de récupération des bouteilles en verre est déjà très populaire en Allemagne. Quand on sait que, selon l’ADEME, plus de 45 % des emballages ménagers sont en verre, le réemploi des bouteilles représente un impact moins important sur l’environnement et un coût plus avantageux que le verre à usage unique.

Upcycling : vêtements et cadeaux originaux issus du réemploi 

Rien ne se jette, tout se transforme… C’est ce qu’ont compris les promoteurs de l’upcycling, une démarche qui vise à réutiliser matériaux ou tissus pour créer de nouveaux objets ou vêtements. Si vous n’êtes pas adepte du Do It Yourself (le DIY ou « fait maison ») malgré le grand nombre d’ateliers et de boutiques spécialisées qui s’ouvrent un peu partout pour vous aider, des créateurs vous proposent d’acheter leurs créations issues du recyclage. Des matières tantôt précieuses ou tantôt insignifiantes retrouveront une seconde vie dans votre dressing ou dans votre salon. Alors que 442 millions de vêtements finissent chaque année à la poubelle et que 68 % de notre garde-robe reste dans notre placard toute l’année, selon l’étude Movinga, c’est un moyen de lutter contre la fast fashion, cette mode jetable qui utilise beaucoup de ressources naturelles tout en polluant la planète.