La fin du jetable est-elle pour bientôt ?

12/08/2019

Dès le 1er janvier 2020, les pailles, vaisselle, gobelets et autres couverts en plastique seront définitivement bannis du panier de pique-nique. Quand on sait que 70 % des déchets marins proviennent des produits en plastique à usage unique, on comprend l’importance de cette nouvelle mesure.

La fin du jetable est-elle pour bientôt ?

Une interdiction à partir du 1er janvier 2020… 

Le compte-à-rebours a commencé pour les gobelets, verres et assiettes en plastique jetables. A compter du 1er janvier 2020, en vertu de la loi de 2015 relative à la transition énergétique, ils seront interdits à la vente et à la distribution. Tous les commerces sont concernés : restauration classique ou rapide, bars, boulangeries, épiceries,  traiteurs… Seule la vaisselle jetable compostable et constituée pour tout ou partie de matières biosourcées pourra être vendue ou distribuée gratuitement, en vente à emporter ou en consommation sur place. De plus, la teneur en matière biosourcée de la vaisselle jetable autorisée augmentera progressivement : de 50 % en 2020, elle devra atteindre 60 % en 2025. Selon la définition de l’ADEME, les matières biosourcées sont des produits industriels non alimentaires obtenus à partir de matières premières renouvelables issues de la biomasse, telles que l'amidon de maïs, la fécule de pomme de terre, les fibres textiles ou de cellulose, ou le bambou.

 

…élargie aux pailles, touillettes, couverts, contenants en plastique 

Les pailles et des bâtonnets mélangeurs pour boissons étaient déjà dans le collimateur des parlementaires. Il faut dire que 8,8 millions de pailles sont jetées chaque jour en France, rien que dans la restauration rapide, selon l’association Bas les pailles, qui milite pour une interdiction depuis plusieurs années. En vertu de la loi EGalim (loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous), adoptée en octobre 2018, ils seront interdits à partir du 1er janvier 2020 dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires.

Les parlementaires français souhaitaient aller plus loin et ont également voté l’interdiction des couverts, piques à steak, plateaux repas, pots à glace, saladiers et boîtes en plastique. Leur interdiction sera également effective au 1er janvier 2020, de même que l’utilisation de bouteilles d’eau plate en plastique dans le cadre de la restauration scolaire. En revanche, pour l’interdiction des contenants alimentaires en plastique, permettant de cuire, de réchauffer ou de servir en restauration collective scolaire et universitaire, il faudra attendre 2025, ce qui ne plaît pas vraiment aux collectifs de parents d’élèves. Ces derniers se mobilisent pour que cette échéance soit avancée, à l’instar de l’association Cantine sans plastique France qui dénonce la présence de perturbateurs endocriniens dans les barquettes en plastique utilisées pour conditionner les repas de leurs enfants.

 

Par quoi remplacer la vaisselle en plastique jetable ? 

Les industriels ont eu le temps de développer des alternatives et proposent de la vaisselle en carton recyclé, en feuilles de palmier ou en plastique lavable, déjà disponible dans les rayons des supermarchés. Les gobelets écoresponsables ont aussi fait leur apparition dans de nombreux festivals de musique et événements sportifs ou au sein des fêtes locales, associatives ou scolaires. Le principe est d’acheter un gobelet en plastique réutilisable qui est consigné. On peut donc le rendre mais aussi le rapporter chez soi pour en faire usage. Enfin, pour les pailles, des alternatives lavables comme les pailles en inox, en bambou ou en verre, sont déjà proposées aux terrasses des cafés les plus branchés, mais aussi des pailles en carton, pulpe de canne à sucre ou amidon de maïs, utilisées pour la vente à emporter. Les restaurateurs devront aussi, à partir de l’année prochaine, mettre à la disposition de leurs clients des contenants réutilisables ou recyclables pour emporter les aliments ou les boissons non consommées. Une nouvelle vie pour le « doggy bag », qui permet de lutter aussi contre le gaspillage alimentaire.