On ne jette plus, on réemploie

18/01/2017

Offrez une seconde vie aux objets qui vous encombrent en les déposant dans une ressourcerie ou une recyclerie. Ces structures associatives, présentes dans toute la France, assurent la collecte et la réparation d’objets destinés au réemploi.

On ne jette plus, on réemploie

Qu’est ce que le réemploi ?

Le réemploi est l’opération par laquelle un objet peut être utilisé à nouveau pour son usage initial. Concrètement, il s’agit de donner une seconde vie à tous les objets dont on ne veut plus. Par rapport au recyclage, qui ne conserve que la matière, en s’appuyant sur des processus industriels coûteux en énergie, le réemploi crée de l’activité sur un territoire et s’inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire. 

Le réemploi en France

Entre 2012 et 2014, le nombre de structures de réemploi a augmenté de 30 % en France, où l’on recense aujourd’hui 132 ressourceries. Pourtant, ce mode de traitement reste encore marginal.
Ainsi, en Île-de-France en 2013, seuls 0,004 % des 5,5 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés ont été redirigés vers des filières de réemploi. Dans le même temps, 60 % ont été incinéré et 9 % ont été enfouis.

Un mode de traitement plus écologique 

En 2008, la directive-cadre Déchets de l’Union Européenne a placé le réemploi au sommet de la hiérarchie des modes de traitement. En effet, la prévention de la prévention des déchets, ainsi que la préparation des déchets en vue de leur réutilisation, sont considérés comme plus vertueux que l’incinération ou l’enfouissement. 

Comment fonctionne une ressourcerie ? 

Les ressourceries et les recycleries sont des structures associatives qui collectent, réparent, transforment et redistribuent des objets dont les propriétaires souhaitent se défaire. Des plus petites, avec quelques salariés, aux plus importantes, qui peuvent être chargées de la collecte des encombrants d’une ville, les ressourceries obéissent à quatre objectifs définis par une charte nationale : collecter sans sélectionner, revaloriser, redistribuer à bas coût et sensibiliser à l’action sociale et environnementale. Les recycleries se spécialisent sur un type de collecte (jouets, électroménager, textile, etc.) tout en poursuivant les mêmes objectifs de réemploi.

Des cadeaux originaux et solidaires

Depuis la crise économique de 2008, le « consommer mieux » et le « consommer moins » se développe, selon une étude du CREDOC de décembre 2015. Désormais, livres, disques, vêtements, jouets électroniques s’achètent aussi d’occasion, un acte de consommation plébiscité par les plus jeunes et par ceux qui partagent une vision éthique de l’acte d’achat. Le « fait soi-même » (traduction littérale de Do It Yourself) a lui aussi gagné du terrain, surfant sur la vague des activités créatives : couture, bijoux, objets de décoration et désormais cuisine. Quoi de plus original que d’offrir à Noël un coffret de macarons fait maison ou une écharpe tricotée main ?

 

Le témoignage de Dimitri, responsable administratif de La Petite Rockette

« La Petite Rockette est une ressourcerie installée rue du Chemin Vert, dans le 11e arrondissement de Paris. Nous assurons une collecte généraliste par apport volontaire ou à domicile de tous les objets que les gens n’utilisent plus : textiles, livres, jeux et jouets, mobilier, matériel électrique, électronique et électroménager… Le textile représente 40 % de la collecte et du chiffre d’affaires. Nous traitons et préparons ces objets dans nos ateliers, en vue de leur redistribution à petits prix dans la boutique du rez-de-chaussée. 
Nous sommes une structure d’emplois pérennes, puisque nous employons 17 salariés, 20 à 30 bénévoles et des stagiaires. Nous collectons quotidiennement environ 1,2 tonne d’objets et réalisons 1 000 euros de chiffre d’affaires dans la boutique chaque jour. Nous assurons également une mission de sensibilisation et l’animation d’ateliers créatifs ou de réparation, destinés à tous. Nous abritons des salles de répétition et de réunions que nous mettons à la disposition d’artistes et d’associations, et nous venons d’ouvrir un café atelier pour créer encore plus de lien social dans le quartier et diversifier nos activités. »

 

Crédit photo : Sophie Pasquet - Fondation de France.