Passer à la voiture électrique, on s’y met ?

07/09/2020

Le marché de l’électrique et de l’hybride rechargeable représente aujourd’hui 7 % des ventes globales de voitures neuves, et les ventes ont accéléré ces derniers mois, tant chez les particuliers que chez les professionnels. En mars 2020, on en dénombrait 300 000 en France*. Mais le coût de ces véhicules freine encore les acheteurs, notamment parmi les jeunes. Pourquoi et comment sauter le pas ?

Passer à la voiture électrique, on s’y met ?

Qui peut rouler à l’électrique ?

Les citadins : vous habitez en ville et n’effectuez que peu de kilomètres chaque jour avec votre véhicule, la voiture électrique peut avantageusement remplacer votre véhicule thermique. A condition de disposer d’un box ou d’une place de parking avec prise de recharge, ou d’une offre de prise publique en bas de chez vous.

Les gros rouleurs : en équipant votre garage d’une prise de recharge et en choisissant un modèle haut de gamme disposant d’une large autonomie (plus de 500 km), vous pouvez utiliser votre véhicule électrique tous les jours. Vous économiserez les frais de carburant de manière importante. Pour les déplacements, veillez à baliser votre trajet en fonction des stations de recharge disponibles.

La deuxième voiture : une voiture zéro émission peut être choisie comme deuxième véhicule d’un couple ou d’une famille, à utiliser en fonction des déplacements de chacun. Pourquoi pas avec les nouveaux véhicules sans permis 100 % électrique ? Avec deux sièges et une vitesse maximum de 45 km/h, ils ont une autonomie de 70 km.

 

Comment et où recharger un véhicule électrique ?

Comment ça marche ? La borne de recharge est reliée au tableau électrique par un circuit dédié. Avec une puissance électrique plus élevée qu’une prise standard, elle permet une recharge plus sûre et jusqu’à trois fois plus rapide.

Où et combien de prises ? Aujourd’hui, 90 % des cycles de charge sont effectués au domicile ou sur le lien de travail, selon Enedis. Près de 7 millions de bornes devraient être installées d’ici 2030, selon la loi de transition énergétique pour la croissance verte, dont 700 000 accessibles au public.

 

Les différents points de charge possible

A la maison : Si la recharge sur une prise électrique classique à domicile est toujours possible, via un câble spécifique fourni par le constructeur automobile, elle est fortement déconseillée par Commission de régulation de l’énergie (CRE). Pour des raisons de sécurité, il est conseillé de faire installer une borne de recharge pour véhicule électrique dans son garage.

Dans votre immeuble : Vous pouvez aussi demander à l’assemblée générale de votre copropriété d’en faire installer dans le parking de votre immeuble. La Loi d’orientation de la mobilité (LOM) impose désormais aux copropriétés d’inscrire ce sujet à l’ordre du jour. Des aides financières existent pour soutenir ce projet.

Sur un point de charge public : dans l’espace public, des places de stationnement sont réservées aux véhicules électriques et équipées de bornes de recharge publiques. Vous vous garez, vous vous branchez et la voiture se recharge toute seule pendant que vous êtes en rendez-vous, au cinéma ou faites vos courses.

A une borne de recharge accélérée : le plus souvent installées dans les stations-service ou sur les aires d’autoroute, ces bornes rapides vous permettent de recharger votre véhicule en moins de 30 minutes. La rapidité de chargement dépend de la puissance électrique que supporte votre voiture. Pendant ce temps, prenez un café et détendez-vous.

 

Quel coût pour ma voiture électrique ?

Un plein quatre fois moins cher : en fonction du type de véhicule et du modèle de ses batteries, vous dépenserez quatre fois moins pour faire un plein en énergie que pour votre véhicule thermique. En moyenne, il vous faudra dépenser 10 euros pour faire un plein, si la consommation de votre véhicule est d’environ 15kWh/100 km.

Une aide de l’État à l’achat : Si vous achetez un véhicule émettant 20g/km de CO2 ou moins, vous pouvez bénéficier d’un bonus écologique versé par l’État. Si le prix d’achat est inférieur à 45 000 euros, le bonus sera de 6 000 euros. Si votre véhicule est affiché entre 45 000 et 60 000 euros, le bonus est réduit à 3 000 euros. Enfin, si le véhicule a coûté plus de 60 000 euros, vous n’avez le droit à aucun bonus. Un bonus de 900 euros est également attribué aux acheteurs de véhicules électriques deux ou trois roues.

 

 

* Source : Avere France