Tourisme solidaire : ils témoignent

04/01/2018

L'année 2017, année du tourisme solidaire, se termine. Trois volontaires reviennent sur leur expérience de mission solidaire.

Tourisme solidaire : ils témoignent

Des associations et ONG proposent des missions d’éco-volontariat afin de voyager autrement, en partageant ses connaissances et ses compétences avec les populations locales. L’association Planète Urgence, qui créé et déposé le concept de Congé solidaire®, envoie des volontaires dans des pays étrangers pour des missions concrètes au service de ses habitants. Trois de ces volontaires témoignent.

Une formation en biodiversité pour des guides touristiques

Céline est chargée d’études RH dans une collectivité territoriale. Dans le cadre d’un congé solidaire proposé par son employeur, elle s’est rendue, en 2015, à Madagascar pour former des guides touristiques à la botanique et à la biodiversité.

Le village dans lequel je suis intervenue abrite un gîte écotouristique qui accueille de nombreux touristes. L’objectif de la formation était de donner aux guides qui les accompagnent en randonnée des connaissances sur la riche flore locale. »L’enseignement du français pour des jeunes Malgaches. 

Grâce à la documentation botanique qu’elle s’était procurée avant son départ, et dont l’acquisition était financée par Planète Urgence, Céline a aidé les guides à synthétiser et à rédiger des fiches en français. Passionnée par la biodiversité, Céline a effectué depuis plusieurs missions au Bénin et aux Philippines sur la même thématique.

L’enseignement du français pour des jeunes Malgaches 

C’est aussi à Madagascar que Yolande, assistante sociale dans un conseil départemental, a pris un congé solidaire en novembre 2016. 

C’était une mission éducative pour favoriser l’apprentissage du français dans une école primaire.  

Les jeunes Malgaches maîtrisent mal le français, alors que cette langue est exigée pour accéder aux études secondaires. Pendant 15 jours, Yolande a donc enseigné des rudiments de français aux jeunes élèves, en s’inspirant des cahiers de maternelle de ses petits-enfants pour concevoir des exercices très simples. « C’est une expérience de vie fabuleuse ! J’ai beaucoup appris au contact de ces enfants et de leurs enseignantes, qui font preuve de sens pratique malgré une pauvreté importante et des conditions de vie difficiles. Bien sûr, cela demande de la préparation, de l’énergie et de l’adaptation, mais je n’ai qu’une envie : repartir… »

Une mission de bureautique en Inde

Véronique, en charge de l’administration dans une banque, est une habituée de la course à pied humanitaire. En revanche, le congé solidaire, elle ne connaissait pas. 

C’était un défi personnel qui me permettait de donner dans un nouveau contexte.

En mai dernier, elle s’est rendue dans l’Uttarakhand, une région montagneuse au nord de l’Inde et proche du Tibet et du Népal, prodiguer une formation de 15 jours à des enseignants. « Je les ai formés aux outils bureautiques, par exemple en leur apprenant à faire un carnet de notes sur Excel. Chaque jour, je m’efforçais d’adapter les exercices et de rendre les cours dynamiques… en anglais ! Cette expérience m’a rendue plus patiente et plus tolérante, et m’a permis de créer des liens très forts avec les personnes que j’ai rencontrées. »

 

Retrouvez tous les articles sur le tourisme solidaire sur CASDEN MAG, rubrique Agir Solidaire.