Adapter son logement au vieillissement

09/05/2019

Nombreuses sont les personnes âgées souhaitent rester dans leur logement en vieillissant. Comment adapter son logement sans se ruiner ? Quels équipements et quels artisans choisir ? Nos astuces et le point sur les aides dont vous pouvez bénéficier.

Adapter son logement au vieillissement

Quand faut-il s’occuper d’adapter son logement ? 

Adapter son logement, c’est réaliser tous les travaux qui faciliteront un jour la vie quotidienne des personnes vieillissantes ou en perte d’autonomie. On peut, par exemple, remplacer sa baignoire par une douche à l’italienne, assez vaste pour y installer plus tard une rampe d’appui et un siège de douche repliable. On peut aussi refaire sa cuisine en pensant à la rendre plus ergonomique. Il est également conseillé d’installer une rampe ou une barre d’appui à l’entrée de sa maison pour faciliter l’accès au seuil, ainsi que dans les couloirs et les escaliers. Pour éviter les chutes, il est aussi utile d’améliorer l’éclairage et de choisir des revêtements de sol antidérapants. Il est préférable d’anticiper et de réaliser ce type d’investissement lorsque l’on est encore en forme, vers l’âge de 65 ou 70 ans.

 

Bus de l’autonomie, près de chez vous

Les Bus de l’autonomie se déplacent dans les villes et les villages, au plus près des habitants, pour leur permettre de découvrir les solutions techniques permettant d’aménager son logement au vieillissement, sans renoncer à la déco ou au design. Il s’agit de véritables appartements témoins sur roues, dotés d’une salle de bains et d’une cuisine adaptés, d’une surface de 9 à 14 m2, installés par des professionnels du bâtiments. Ces bus sillonnent les routes de France dans plusieurs départements ou régions, comme la Nouvelle Aquitaine ou la Haute-Marne.

Quel artisan choisir ?  

Si vous faites travailler un artisan qualifié et labellisé, il sera plus facile de bénéficier d’une aide financière et d’avoir accès à des techniques professionnelles et à des matériaux de qualité. Choisir un artisan est plus intéressant financièrement que de faire les travaux soi-même, ne serait-ce que pour bénéficier d’une TVA à 10 % sur l’ensemble des matériaux. L’idéal est de faire appel à un artisan labellisé Handibat, Silverbat ou encore Les Pros de l’accessibilité, qui a été formé et sensibilisé aux questions du vieillissement et de l’adaptation du logement. Ces artisans sont en mesure de calculer à quelle hauteur poser un meuble ou fixer une barre d’appui. Le label Handibat, par exemple, est délivré par la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) aux artisans qui ont suivi et validé deux journées de formation, et dont le dossier a été examiné par une commission départementale.

 

De quelles aides peut-on bénéficier ? 

Les travaux d’accessibilité et d’adaptation du logement peuvent bénéficier d’aides nationales, en fonction du type de travaux, de l’âge, du degré d’autonomie du propriétaire ou du locataire et de ses revenus. Différents types d’aides nationales existent, telles le crédit d’impôt, l’allègement de la taxe d’habitation et de la taxe foncière, l’aide prévue dans le cadre de l’Allocation personnalisée d’Autonomie (l’APA) ou les aides aux travaux de l’Agence nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH). Il est possible de faire appel à SOLIHA : cette association peut vous aider à identifier les aides auxquelles vous avez le droit. La plupart des collectivités locales proposent également des aides pour financer ces travaux, mais elles sont de nature très variée et il est parfois difficile de s’y retrouver. Le département peut par exemple compléter une aide nationale ou attribue une aide spécifique dans le cadre d’une Opération programmée d’Aménagement de l’habitat (OPAH) ou d’un Programme d’intérêt général (PIG). Renseignez-vous auprès de votre ville, de votre intercommunalité ou du conseil départemental pour connaître le détail des aides dont vous pouvez bénéficier.