Comment lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux ?

10/07/2019

« Fake news » ou « infox », propos haineux… Les réseaux sociaux sont de plus en plus le vecteur d’injures, de calomnies ou de fausses informations. De nouvelles mesures vont être prises pour lutter contre cette dérive.

Comment lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux ?

Choisir des sites d’information fiables ou vérifier ses sources 

À l’heure où les réseaux sociaux sont devenus des sources d’information à part entière pour un grand nombre de Français, les fausses informations se propagent massivement et peuvent avoir des conséquences désastreuses. L’ONG américaine Avaaz a publié en mars dernier une étude qui révèle que certaines fausses informations ont été vues plus de 105 millions de fois au sein du mouvement des Gilets Jaunes entre le 1ernovembre 2018 et le 6 mars 2019. L’ONG a, d’autre part lancé une campagne en ligne, qui vise à obliger Facebook à signaler à leurs auteurs toutes les informations identifiées comme fausses par les services de « fact checking » ou vérification de faits. Les GAFA (dont font partie Facebook et Google) mais aussi Twitter sont régulièrement pointés du doigt pour leur faible réactivité en matière de désinformation. 
Heureusement, certains médias, spécialisés dans la vérification des informations et des sources, peuvent vous nous aider à faire la lumière sur les faits. Dans les rédactions multimédias, des journalistes sont spécialement formés pour débusquer les « fake news », dont la terminologie reconnue par l’Académie française, est infox. Ces spécialistes du « fact checking » contrôlent la véracité des informations publiées par différentes sources, qu’il s’agisse de faits, de chiffres, d’images ou de dates. Pour être sûr de ne pas se trouver confronté à des fausses nouvelles, il est important de de choisir des sites d’information fiables, comme les médias français ou internationaux reconnus, les sites gouvernementaux, les institution ou encore les ONG.

 

Une sanction pour tous les diffuseurs de fausses nouvelles

La diffusion de fausse nouvelle ou de fausses informations est considérée comme une infraction pénale depuis la loi sur la liberté de la presse, publiée le 29 juillet 1881. Cette loi punit en premier lieu l’offense au président de la République, l’injure ou la diffamation et instaure un droit de réponse, qui protège tout citoyen mis en cause, l’autorise à se défendre et à rétablir la vérité. Car la notion de fausse nouvelle ne date pas d’internet et des réseaux sociaux ! La rumeur et la désinformation sont depuis l’Antiquité des outils puissants de manipulation et de propagande, en période électorale ou en temps de guerre en particulier.
Plus récemment, la loi visant à lutter contre la « manipulation de l’information » en période électorale a été adoptée le 20 novembre 2018 par le Parlement français. Ce texte permet à un candidat ou à un parti politique de saisir la justice pour faire cesser la diffusion de fausses informations pendant la période de trois mois précédant un scrutin national. Quand il est saisi, le juge des référés doit apprécier, sous 48 heures, si ces fausses informations sont diffusées « de manière artificielle ou automatisée » et « massive ». Par « fausse information », la Loi entend les « allégations ou imputations inexactes ou trompeuses d’un fait de nature à altérer la sincérité du scrutin ». En dehors de la période électorale, les réseaux sociaux se doivent de modérer les publications sur leurs plateformes et de rendre publique toutes les mesures prises pour limiter la propagation de fausses nouvelles.

 

Prévenir la violence en ligne et les comportements haineux  

La violence qui s’exprime en ligne peut se transformer en cyber harcèlement. Ce phénomène touche particulièrement les personnes les plus vulnérables, comme les scolaires, collégiens ou lycéens. Pour lutter contre le harcèlement scolaire, affronter la haine et inviter au respect dans les échanges numériques, le label Respect Zone a été créé en 2014. Les entreprises ou les établissements scolaires peuvent choisir d’apposer le label sur leur site Internet pour indiquer qu’ils appliquent les règles de respect entre internautes. Le label peut également être affiché sur une page Facebook, un blog ou un fil Twitter, incitant ainsi tous ceux qui entrent en contact avec vous à être respectueux. En collaboration avec des associations professionnelles ou des entreprises, l’association Respect Zone organise également des « Respect Duels » qui permettent à deux personnes de débattre à l’occasion de concours de cyber-éloquence. L’association formule par ailleurs de nombreuses propositions pour modérer les échanges sur les réseaux sociaux et appeler les internautes au respect mutuel.