Intermodalité, mode d’emploi

14/12/2020

Selon que l’on se déplace dans son quartier, dans sa ville, dans sa région ou loin de chez soi, nos besoins de transport ne sont pas les mêmes. Nos astuces pour combiner à bon escient les différents moyens de transport et se déplacer malin.

Intermodalité

En ville, la mobilité coordonnée 

 

Dans les métropoles et les villes, la multimodalité se développe fortement. Il s’agit, parfois avec un seul titre de transport, d’emprunter successivement plusieurs moyens de locomotion pour arriver à destination.

Pour les trajets longue distance ou domicile-travail.Difficile d’aller de Vincennes à La Défense, à Paris, ou du parc de la Tête d’Or au musée des Confluences, à Lyon, uniquement à pied. Le déplacement en transport en commun, RER, métro ou bus s’impose à la plupart des utilisateurs. Une carte ou un titre de transport unique permet d’effectuer ces trajets longs et journaliers, moyennant un abonnement mensuel. Parfois, une offre d’autopartage est comprise dans l’abonnement.

Pour les loisirs ou les déplacement hors de son quartier. Le vélo est désormais plébiscité pour les déplacements de moyenne distance, ainsi que la trottinette. Dans de nombreuses municipalités, ils sont disponibles à la location, sur borne fixe ou en libre-service. Une application téléchargeable sur son smartphone permet de réserver et de régler en ligne, avant de débloquer le véhicule. Utile aussi à la sortie du métro ou d’une gare pour rejoindre sa destination finale. A Paris, 5 % des déplacements se font à vélo, alors qu’ils sont 16 % à Strasbourg.

Dans son environnement immédiat. La marche à pied reste le moyen de transport utilisé en proximité par la plupart des habitants des grandes villes. En Île-de-France, 17,2 millions de déplacements se font à pied, selon la nouvelle enquête globale transport d’Île-de-France Mobilités. Essentiellement pour faire ses courses, emmener ses enfants à l’école, aller à la Poste ou à la banque, sortir au cinéma ou au restaurant ou encore voir ses amis… 

 

En périphérie, la solution parking relais

 

Pour décongestionner les métropoles et réduire le trafic automobile dans les villes, de nombreuses collectivités proposent des moyens de transport rapides vers les centres villes.

Tramways ou bus à haut niveau de service. De plus en plus d’agglomérations ont créé des voies réservées aux bus et des lignes de tramways pour transporter les voyageurs vers les entreprises, administrations ou établissements scolaires situés au cœur des villes. Les transports en commun deviennent alors plus rapides et plus fiables que la voiture individuelle, coincée dans des bouchons sur des voies de circulation moins nombreuses.

Laisser sa voiture pour la journée. Les parkings relais se multiplient en périphérie des villes, comme dans la première couronne parisienne. L’objectif est d’accueillir les voitures individuelles pour la journée et de permettre aux voyageurs d’emprunter les transports en commun pour finir leur trajet. Cette formule existe également pour les vélos, qui sont gardés dans des box ou des parkings sécurisés.

 

Petites villes et villages, même combat

 

A la campagne ou dans les zones densément peu peuplées, difficile de se passer de voiture. L’offre de transport en commun est inexistante et les distances sont trop importantes pour les parcourir à vélo. Pourtant, avec un peu d’imagination, on peut réduire sa dépendance à la voiture.

Faire ses courses du quotidien à pied. Alors que de nombreux villages luttent pour maintenir leurs commerces de proximité, pourquoi ne pas les encourager ? Aller à pied ou à vélo acheter le journal, sa baguette ou ses fruits et légumes frais dans une épicerie locale, par exemple.

Covoiturer avec ses voisins, amis et collègues. Inutile d’utiliser chacun sa voiture individuelle pour se rendre matin et soir dans la ville voisine pour aller travailler. Des points de covoiturage existent près des ronds-points et permettent de partager les frais de route avec ses collègues. Même logique pour emmener ses enfants au collège, au lycée ou à leurs activités extra-scolaires. Si vous ne connaissez pas assez vos voisins, connectez-vous sur une plateforme de covoiturage et indiquez votre trajet quotidien.

Emprunter un train régional. Financés par les Conseils régionaux, les trains express régionaux (ou TER) sont un poumon essentiel du transport régional. Parfois remplacés assurés, il permettent aux lycéens, apprentis et à de nombreux salariés de rejoindre chaque jour leur lieu de travail. La carte de transport mensuel offre souvent des avantages complémentaires.

 

En vacances, on varie les plaisirs

 

Le retour du train de nuit. La formule train plus auto n’existe plus mais le train de nuit fait son retour dans le panel des offres de voyage. Plébiscité par les pays du Nord ou de l’Est de l’Europe, il existe aussi pour se rendre de France en Italie (Paris-Venise ou Paris-Rome via Milan), et en Espagne (Barcelone). On arrive à destination avec moins de stress et une nuit d’hôtel en moins à payer.

Louer une voiture selon ses besoins. Un week-end à deux ou un mois de vacances en famille… Nos besoins en matière de capacité de notre véhicule peuvent varier. Pourquoi ne pas abandonner la voiture familiale et opter pour la location au coup par coup ? De nombreux loueurs proposent des cartes d’abonnement ou de fidélité, qui offrent des possibilités de réduction. On réduit ainsi fortement son budget automobile annuel, puisqu’il n’y a plus d’emprunt, ni d’assurance, ni de frais d’entretien, ni de parking à payer. En plus, on loue toujours une voiture récente, propre et révisée.