Les enjeux du vieillissement en France

07/03/2019

Serons-nous bientôt tous centenaires ? Pas tout de suite. Pourtant, dans les années à venir, l’enjeu ne sera pas de vivre plus vieux mais de vivre plus longtemps en meilleure santé. Retarder l’âge d’entrée dans la dépendance, c’est d’abord une affaire de prévention et de meilleure prise en charge des premiers signes de la perte d’autonomie des seniors.

Les enjeux du vieillissement en France

Une espérance de vie qui progresse 

En France, l’espérance de vie n’a cessé de progresser depuis les Trente Glorieuses. Ainsi, selon l’Insee, une petite fille née en 2018 peut espérer vivre 85,4 ans et un petit garçon, 79,5 ans. L’amélioration des conditions de vie, les progrès médicaux et les programmes de santé publique ont permis de gagner ces années de vie. La diminution des facteurs de mortalité contribue à améliorer chaque année ces résultats : mortalité cardio-vasculaire en baisse depuis les années 70, diminution du nombre de décès par accidents de la route, renforcement des mesures de contrôle de l’alcoolémie et incitation à l’arrêt du tabac… Même le taux de mortalité liés au cancer commence à reculer !

Des inégalités de santé qui persistent 

Cependant, cette augmentation de l’espérance de vie cache de nombreuses disparités, dues en partie aux inégalités sociales et aux inégalités de santé. Le vieillissement rend les seniors plus vulnérables aux problèmes de santé et notamment aux maladies chroniques. De plus, malgré les actions de prévention, de nombreux seniors sont touchés par l’isolement et connaissent une dégradation de leurs conditions de vie, due à une diminution de leurs ressources financières. Dans le même temps, la culture d’une prise en charge globale des personnes âgées se développe en France - qu’il s’agisse de conseils nutritionnels, de séances de kinésithérapie ou d’aide à domicile et de services à la personne.

L’objectif : rester plus longtemps en bonne santé 

La vraie question n’est donc plus la longévité mais la longévité en bonne santé et en situation d’autonomie. C’est-à-dire la capacité à assumer les gestes les plus élémentaires de la vie courante : se déplacer, se nourrir, se laver ou s’habiller. Le concept d’Espérance de vie sans incapacité (EVSI), développé par les chercheurs de l’Inserm et de l’Institut national d’études démographiques, distingue les années de vie où l’on ne subit aucune limitation fonctionnelle ou sensorielle et celles où l’on commence à ressentir des difficultés à effectuer les gestes du quotidien, jusqu’à basculer dans l’incapacité lourde ou la dépendance. Pour les pouvoirs publics, l’enjeu est à la fois de reculer l’âge de l’entrée dans la dépendance d’un grand nombre de Français et de mieux accompagner les personnes âgées dépendantes. En 2030, c’est-à-dire demain, elles devraient être 1,6 million dans l’hexagone.

 

Retrouvez également les chiffres clés du vieillissement en France en infographie.