3 bonnes raisons d’opter pour le camping-car pour vos prochaines vacances

05/06/2020

Partir en France ou en Europe cet été... Et vous optiez pour le camping-car ? Plus qu’un mode de vacances, c’est un mode de vie qui satisfera votre désir d’autonomie et de liberté. Près d’un million de Français* l’ont adopté, pourquoi pas vous ?

3 bonnes raisons d’opter pour le camping-car pour vos prochaines vacances

1 – Voyager en camping-car, c’est le goût de la liberté

C’est décidé, cet été, vous découvrez ou redécouvrez la France ! Oui, mais comment ? Hôtels fermés, locations déjà complètes, campings pas encore accessibles… Pourquoi pas le camping-car ? C’est une solution pratique et autonome pour partir, en couple ou en famille, à la découverte des routes de France et de Navarre.

Fini le casse-tête des réservations d’hôtels et de camping ! Vous décidez seul quand vous partez à l’aventure. Une bonne carte routière, quelques guides touristiques régionaux, vous voilà paré pour passer de très bonnes vacances. Toutes les routes nationales et départementales sont accessibles aux camping-cars.

Changez de paysage ! Plus besoin de rester coincé 15 jours dans une station balnéaire parce que vous avez payé la location d’un appartement ou d’une maison. Découvrez de nouveaux horizons, explorez une région hors des sentiers battus, changez de vue en vous réveillant tous les matins ! Vous être libre de modifier votre itinéraire, de prolonger votre visite dans ce joli village plein de charme ou de suivre votre instinct et vos envies de découverte.

Manger et consommer local devient facile. Le petit producteur qui vend ses tomates au bord de la route, la bergerie qui propose ses fromages de chèvre, le pain frais ou les croissants du boulanger au petit matin… Arrêtez-vous pour goûter les produits locaux et les cuisiner. À chaque étape, vous pouvez vous imprégner du terroir, découvrir les produits typiques et les spécialités culinaires des régions que vous traversez et faire des rencontres inoubliables.

 

2 – C’est le moyen d’allier découverte et confort

Pas question de renoncer à votre confort. Il existe quatre types de camping-car, qui offrent des couchages pour deux à six personnes environ. Selon le type de modèle, un lit est aménagé au-dessus de la cabine ou est amovible pendant la journée. Certaines banquettes se transforment en couchage le soir venu. En fonction de votre budget, vous avez le choix : du « fourgon », utilitaire léger aménagé, à l’« intégral », le plus luxueux de tous les modèles. Plus traditionnels, le « profilé » offre une ligne aérodynamique tandis que la « capucine » proposer une vue imprenable depuis son lit au-dessus de la cabine de conduite.

Un accueil facilité dans de nombreuses communes. De plus en plus de municipalités ont compris l’intérêt de bien accueillir les camping-caristes, qui consomment local, fréquentent commerces et restaurants et n’hésitent pas à revenir quand ils aiment un village ou une région. Pour une journée ou une nuit, le stationnement est parfois possible en ville, sur des places un peu plus larges que celles destinées aux voitures, ou sur une aire de stationnement adaptée. Pratique pour faire ses courses, visiter les monuments et profiter des sites intéressants. Pour un accueil encore plus convivial, consultez la carte des villages étapes, régulièrement mise à jour.

Tous les deux ou trois jours, rendez-vous sur une aire de services. L’autonomie d’un camping-car étant limitée à deux ou trois jours selon l’utilisation et le nombre d’occupants, cela rend nécessaire le ravitaillement en eau propre ainsi que la vidange des eaux usées et des toilettes chimiques. Vous trouverez facilement sur votre parcours une aire de services, c’est-à-dire une station sanitaire permettant de vidanger les eaux usées et les eaux noires, mais aussi de s’alimenter en eau. Leur emplacement est indiqué sur les cartes publiées par les éditeurs spécialisés.

Pour en savoir plus

Pour une pratique respectueuse de l’environnement, téléchargez le guide « Camping-car, mode d’emploi » édité par le Comité de liaison du camping-car  

 3 – Voyager plus souvent et pour moins cher  

Vous savez conduire ? Vous pouvez conduire un camping-car. Le camping-car se conduit avec un permis tourisme (B) et ne nécessite pas l’achat d’une vignette, à l’exception de la vignette Crit’Air. En fonction de son poids, de son type et de sa compacité, votre camping-car sera plus ou moins facile à conduire. Comme pour un utilitaire, il faut faire attention à la hauteur du véhicule avant de passer sous un pont ou dans un tunnel et veiller aux angles morts. Le camping-car est cependant réservé aux conducteurs chevronnés sur les lacets des montagnes ou dans les routes étroites de la campagne galloise, irlandaise ou écossaise.

Une nuit à partir de 7 euros seulement. Même si vous choisissez une aire de stationnement payante pour passer la nuit, il ne vous en coûtera que 7 euros, et jusqu’à 12 euros dans les stations touristiques les plus courues. C’est encore moins cher que le camping ! Pour disposer des services de vidange d’une aire de services, comptez 2 euros. Attention, les parkings classiques sont souvent protégés par un portique de hauteur, qui en limite l’accès aux véhicules de moins de 2 mètres de hauteur.

Péage et carburant à prévoir. Au péage, votre véhicule sera considéré comme une catégorie 2, du moins pour les modèles les plus courants (moins de 3 mètres de haut et jusqu’à 3,5 tonnes), soit environ 30 % de plus qu’une voiture. En revanche, vous devrez régulièrement faire le plein de diesel à la pompe, car le camping-car consomme de 9 à 15 litres aux 100 km selon les modèles. Pour dépenser moins, choisissez un modèle aérodynamique, évitez les autoroutes, conduisez souplement et comparez les prix à la pompe.

Envie d’essayer ? Pensez à la location. Pour vos premières vacances en camping-car, pourquoi ne pas louer votre véhicule ? Il faut compter environ 1 200 euros pour une semaine en haute saison et jusqu’à deux fois moins cher en basse saison, selon la catégorie de véhicule. Vous pouvez aussi louer un combi vintage ou un fourgon d’occasion auprès d’un particulier.

Si vous êtes convaincu, vous pouvez passer à l’achat. Les bricoleurs aménageront eux-mêmes leur fourgon ou le confieront à un aménageur pour 10 000 à 15 000 euros. Clés en mains, il vous en coutera de 35 000 euros pour un van d’entrée de gamme à 55 000 euros pour un intégral haut de gamme. Là aussi, pensez à l’occasion pour faire des économies. Mais si vous avez l’âme voyageuse, votre camping-car sera amorti en moins d’une dizaine d’années.

 

Et pour financer l’achat de votre camping-car, vous pouvez souscrire un prêt Auto CASDEN (1).

Faites une simulation sur casden.fr.

 

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

(1) Offre soumise à conditions et dans les limites fixées par l'offre de crédit, sous réserve d’acceptation de votre dossier par l’organisme prêteur, la CASDEN Banque Populaire. L’emprunteur dispose du délai légal de rétractation.

* source : Comité de liaison du camping-car (CLC)