Comment bien préparer la rentrée de ses enfants ?

17/09/2019

C’est déjà la rentrée ! Fournitures scolaires, inscriptions aux activités extra-scolaires, cours de soutien ou logement universitaire… Il vaut mieux anticiper pour garantir une rentrée sereine à ses enfants, qu’ils soient encore à l’école ou déjà étudiants.

Comment bien préparer la rentrée de ses enfants ?

Fournitures : plus légères et plus responsables  

Selon le ministère de l’Éducation nationale, un cartable devrait peser 10 % du poids de l’élève, soit environ 3,4 kg pour un élève de 11 ans et 4,4 kg pour un élève de 13 ans. Pourtant, le poids moyen constaté d’un cartable est de… 7 à 8 kilos ! Sachant que l’enfant le porte en moyenne 350 heures par an, soit 10 semaines de 35 heures. Alors, avant d’acheter un nouveau cartable ou des fournitures pour la rentrée, tenez compte du poids de votre enfant et pas uniquement de la couleur, du prix ou de la marque. Côté fournitures, par exemple, il vaut mieux préférer les cahiers de 48 pages à ceux de 96 pages, et les petits cahiers aux grands cahiers. A titre indicatif, un cahier de 192 pages pèse à lui seul 730 grammes !

La liste des fournitures scolaires pour la rentrée 2019 fournie par l’établissement de votre enfant doit ainsi tenir compte de trois priorités : un budget raisonnable, un cartable allégé et des produits recyclables. Pour réduire les coûts, pourquoi ne pas mutualiser les achats entre parents par l’intermédiaire d’un achat groupé ? Il est aussi possible d’acheter les livres d’occasion et d’échelonner l’acquisition des fournitures tout au long de l’année, pour alléger sa trésorerie.

Pour l’association Familles de France, qui calcule chaque année le coût de la rentrée, le coût moyen de la rentrée en sixième approche les 200 euros, dont 50 % en fournitures et 25 % en papeterie, les vêtements et chaussures de sport représentant le quart restant. Pour limiter les dépenses et préserver l’environnement, effectuez d’abord un tri des fournitures de l’année précédente, en conservant tout le matériel en bon état (trousse, classeurs, règle, équerre, compas, calculatrice), en testant les feutres ou en taillant les crayons de couleur. Si l’achat de nouvelles fournitures s’impose, privilégiez les matières naturelles ou recyclées et les produits portant la norme NF environnement. Choisissez de préférence des produits rechargeables (stylo avec cartouches d’encre, classeur…) et achetez en vrac, plutôt qu’avec un suremballage inutile.

 

Après l’école, des activités ou du soutien scolaire ?  

De la maternelle au bac, des dispositifs d’accompagnement éducatif complètent les heures de cours obligatoires et s’adaptent en fonction des besoins de l’élève. Qu’il s’agisse de stages de remise à niveau ou d’activités pédagogiques complémentaires (APC), ces heures de soutien à l’école ne suffisent pas toujours à remonter la pente pour les élèves en difficultés.

De nombreuses associations de quartier et centres sociaux proposent pour un prix modique des solutions d’aide aux devoirs, à raison de deux soirs par semaine, tout au long de l’année scolaire. Ce soutien scolaire est assuré par des bénévoles, le plus souvent diplômés, y compris pendant les vacances scolaires, pour un accompagnement individualisé. Il est aussi possible de s’adresser à des sociétés spécialisées dans les cours de soutien à domicile, individuels ou en petits groupes, sur une ou plusieurs matières.

La rentrée c’est aussi le moment d’inscrire ses enfants aux activités extra-scolaires, sportives ou culturelles. Si vous venez d’arriver dans une nouvelle ville et ne connaissez aucun club sportif, repérez la date du Forum des sports ou des associations de votre commune. Cette journée vous permettra de contacter en un seul lieu toutes les associations sportives et de choisir l’activité et le club le plus adapté à votre enfant. Souvent pris d’assaut, les conservatoires et écoles de musique proposent des cours d’éveil musical à partir de 6 ans tandis que l’initiation à la danse peut être abordée à partir du même âge. Enfin, pourquoi ne pas inscrire votre enfant à un cours de langue étrangère, de code informatique ou de poterie ?

 

Futurs étudiants : il est temps de penser à son logement  

Une fois le baccalauréat en poche et l’attribution d’une place par Parcoursup dans l’enseignement supérieur, les futurs étudiants doivent confirmer leur inscription auprès de leur établissement. Les droits d’inscription pour la rentrée universitaire 2019 ont été fixés par arrêté ministériel en avril. Ils s’échelonnent entre 170 et 1 316 euros au taux plein. Sauf cas particuliers, les étudiants doivent obtenir une attestation d'acquittement de la CVEC, la Contribution vie étudiante et de campus, avant de s’inscrire dans leur établissement d'enseignement supérieur, que celui-ci soit public ou privé. Collectée par les CROUS, son montant est fixé à 91 euros pour l’année 2019-2020. Les boursiers et certaines catégories d’étudiants en sont exonérés. Toutes les démarches relatives à la CVEC sont accessibles sur https://cvec.etudiant.gouv.fr.

Le régime de sécurité sociale étudiant disparaît le 31 août 2019. Aussi, les nouveaux étudiants sont directement affiliés à un régime obligatoire d’assurance maladie pour le remboursement de leurs frais de santé, en règle générale celui de leurs parents. Les étudiants déjà engagés dans des études supérieures basculent automatiquement dans le nouveau régime et n’ont aucune démarche à faire.

Enfin, il n’est pas encore trop tard pour chercher un logement étudiant. Le CROUS a mis en place plusieurs services pour faciliter la quête d’une chambre chez un particulier ou d’une résidence étudiante. Lokaviz.fr est le site officiel du logement étudiant du réseau des œuvres universitaires et scolaires. Accessible à partir du portail de la vie étudiante, il permet de trouver un logement chez un particulier dans de très nombreuses villes universitaires. Ce portail permet aussi de trouver une chambre en résidence Crous, de souscrire une garantie locative Visale ou d’opter pour un Bed&Crous, pour des stages ou des séjours universitaires de courte durée. Les étudiants ont aussi accès au bail mobilité, un bail de 1 à 10 mois au maximum mis en place par la loi ELAN depuis 2018 afin de  favoriser et d’encadrer la location de courte durée.

Retrouvez encore plus d'informations sur CASDEN MAG en lisant ou relisant : « Logement étudiant, les nouvelles formules gagnantes »