Êtes-vous prêts pour l’achat d’une résidence secondaire ?

07/10/2020

Un Français sur quatre envisage d’acheter une résidence secondaire, sans pour autant passer à l’acte. Une envie née pendant la crise sanitaire, devant le besoin d’espace, de campagne ou de bords de mer exprimé par les citadins confinés dans leurs appartements exigus.
Quel budget faut-il prévoir pour l’achat et l’entretien d’un logement destiné uniquement aux vacances et aux longs week-ends ? Un projet à évaluer sous tous ses aspects avant de sauter le pas…

résidence secondaire

Les avantages

Pour tout de suite

- S’échapper au vert pour fuir le quotidien stressant et des villes encombrées et polluées
- Disposer de davantage de place et de plus de chambres par rapport aux appartements urbains à la superficie réduite et au coût élevé.

Pour bientôt

- Avoir une maison à soi, notamment quand on est locataire
- Disposer d’un jardin, d’un terrain à planter, de dépendances à aménager ou même d’une piscine
- Pouvoir inviter des amis ou sa famille quand on le souhaite
- Passer ses vacances dans un endroit que l’on aime et que l’on a choisi
- Pouvoir assouvir plus facilement ses passions : jardinage, décoration, bricolage, marches dans la campagne, ski ou natation, voile ou surf…

Pour plus tard

- Envisager de télétravailler dans sa résidence secondaire si le réseau Wifi propose une bande passante suffisante pour une connexion professionnelle
- Préparer sa retraite en acquérant un bien immobilier qui prendra de la valeur ou que l’on pourra transmettre à ses enfants

 

Les inconvénients

Pour tout de suite

- Acquérir et utiliser une voiture pour se déplacer vers et autour de la résidence secondaire : 39 % des résidences secondaires se situent dans une commune rurale, selon l’Insee
- Payer plus cher pour acheter un logement proche d’une gare et de toutes les commodités (commerces de proximité, voies de communication, réseau Internet)

Pour bientôt

- Devoir passer ses vacances toujours au même endroit
- Entretenir un nouveau logement, faire les courses, le ménage, l’arrosage, le désherbage et la taille du jardin et les réparations de la maison
- Payer charges, impôts et taxes en plus de ceux de sa résidence principale
- Prévoir un budget de fonctionnement annuel assez conséquent

Pour plus tard

- Immobiliser son épargne dans un bien qui sera peut-être difficile à revendre

 

Quel budget d’achat prévoir ?

- Rechercher le bien : de nombreux voyages et séjours dans la région de votre choix seront nécessaires pour rencontrer les agences immobilières, déposer un dossier, visiter les biens disponibles puis procéder à l’acquisition. 

- Acheter le bien : prévoyez entre 150 000 et 250 000 euros pour une maison de taille raisonnable en région. Dans les zones littorales, à la montagne ou dans les régions touristiques, ce budget peut très rapidement dépasser les 450 000 euros. Retrouvez les transactions des cinq dernières années sur le site du ministère de la cohésion des territoires.

- Prévoir les frais d’actes : outre les frais d’agence, les frais dits « de notaire » comprennent les droits de mutation et la rédaction de l’acte de vente, ainsi que l’ensemble des formalités entourant la transaction.

- Faire des travaux : avant d’emménager, il faudra sans doute prévoir des travaux de remise en état, de rénovation ou de décoration. Trouver des entreprises sur place et suivre la réalisation des travaux demandera aussi de la disponibilité.

 

Quel budget d’entretien prévoir ?

Les spécialistes de l’immobilier estiment qu’il faut compter de 1 % à 4 % du prix d’achat pour l’entretien annuel d’une résidence secondaire. Une somme qui varie en fonction de son emplacement, de sa taille et de la taille du terrain ou des dépendances. L’entretien d’une piscine, par exemple, ou l’exposition aux embruns ou aux chutes de neige, pourra rapidement faire grimper la facture.

- Rembourser son crédit : il s’ajoute à celui de votre résidence principale et ne doit pas dépasser votre capacité d’endettement totale. Une partie de ce coût peut être couvert par la mise en location saisonnière du bien s’il est situé en zone touristique, mais vous ne pouvez pas uniquement compter sur cet apport, comme l’a prouvé la période de crise sanitaire.

- Payer ses impôts et taxes : taxe foncière, taxe d’habitation, taxe d’enlèvement des ordures ménagères s’appliquent aussi à votre résidence secondaire. Renseignez-vous avant d’acheter sur leur montant annuel et leur éventuelle augmentation.

- Acquitter des charges de copropriété : si vous avez acheté un appartement, ces charges sont à ajouter à votre remboursement d’emprunt mensuel.

- Se raccorder et s’abonner à l’eau courante, l’électricité, le téléphone fixe et le réseau Internet, pour un total d’environ 50 euros par mois.

- Souscrire une assurance multirisques habitation et protection, incluant une protection efficace contre le vol et le cambriolage, qui peuvent se produire quand vous êtes absents et si votre maison est isolée.

- Recourir à des prestataires extérieurs : en votre absence, le jardin pourra être entretenu par une société et une agence locale pourra assurer la remise en état et la mise en location entre chaque locataire saisonnier.

- Faire des travaux de réparation et d’entretien : rénovation de la toiture, ravalement de façade, remplacement des fenêtres ou de la chaudière, isolation… les travaux en extérieur peuvent se succéder assez rapidement dans une maison individuelle. Il faut être certain de pouvoir les financer.