J’achète un vélo électrique

13/06/2017

Le vélo électrique se démocratise. Il est vrai qu’il est souvent plus confortable de disposer d’un petit coup de pouce en montée ou sur des longues distances, en toute autonomie grâce à la batterie. Comment choisir le bon modèle ? De quelles aides peut-on disposer pour le financer ?

J’achète un vélo électrique

Le vélo électrique, comment ça marche ?   

Le vélo à assistance électrique (VAE) est un vélo équipé d’un moteur électrique auxiliaire, situé au niveau du pédalier ou de l’une des roues, et d’une batterie rechargeable, généralement au lithium-ion. En France, sa vitesse est limitée à 25 km/h. Attention, il ne pédale pas à votre place ! Des capteurs détectent la présence de pédalage, sa cadence et l’effort que vous exercez pour déterminer la quantité d’énergie à produire. En résumé, l’action du pédalier est amplifiée par l’énergie dispensée par la batterie du vélo. Cette assistance discrète est très efficace dans les montées, pour des pentes faibles et moyennes jusqu’à 5 %.

Cette formule est donc très intéressante si vous parcourez chaque jour 5 à 20 km avec un dénivelé limité. La distance moyenne parcourue par un vélo à assistance électrique est de 7,4 km contre 3,8 km pour un vélo traditionnel. Ce qui vous permet, par exemple, d’arriver au travail sans être en nage ! Pour les randonnées, il existe désormais des VTT électriques, conçus pour les terrains plus accidentés. De plus, le vélo électrique reste un vélo, il donc facile à transporter, dans le train par exemple, ou à entreposer chez vous. Enfin, le coût de sa consommation électrique est négligeable, de l’ordre de 1 euro les 1000 km et ils n’émettent aucun gaz à effet de serre.

134 000 VAE vendus en 2016

Selon le Club des villes et territoires cyclables, 134 000 vélos à assistance électrique ont été vendus en 2016, soit une progression de 31 % par rapport à 2015. Les chiffres pour 2017 devraient être boostés par la nouvelle aide accordée par l’État pour l’achat d’un vélo électrique, à mesure que de nouvelles pistes cyclables ou routes cyclables se développent en France. 

De quelles aides puis-je disposer ? 

Pour encourager l’achat de vélos électrique, l’Etat verse une aide de 20 % du coût du vélo TTC, soit un maximum de 200 euros, pour un achat effectué entre le 19 février 2017 et le 31 janvier 2018. Le vélo doit être neuf, ne pas avoir une batterie au plomb et être équipé d’un moteur d’une puissance maximale de 0,25 KiloWatt dont l'alimentation est réduite progressivement et finalement interrompue lorsque le véhicule atteint une vitesse de 25km/h, ou plus tôt si le cycliste arrête de pédaler. Le bonus peut être déduit du prix de vente directement par le vendeur, ou vous pouvez formuler vous-même la demande de remboursement après votre achat. Vous ne pouvez bénéficier de cette aide qu’une seule fois et vous devez être majeur. Attention, cette aide n’est pas cumulable avec l’aide accordée par votre mairie ou une autre collectivité territoriale.

Certaines communes accordent des subventions allant de 150 à 400 euros. A Paris, par exemple, avec une prise en charge de 33 % du prix d’achat TTC, la subvention de la ville peut atteindre 400 euros. A Lille ou à Nantes, la subvention couvre 25 % du prix d’achat, plafonné à 300 euros. De nombreuses communes de taille plus modestes proposent également une aide, renseignez-vous auprès de votre mairie ! Certains employeurs proposent aussi une aide aux déplacements écolos, dans le cadre de leur politique sociale et environnementale, afin de promouvoir les trajets domicile-travail à vélo. Une indemnité kilométrique vélo (IKV) de 25 centimes d’euros du kilomètres, plafonnée à 200 euros annuels, est accordée aux salariés des entreprises participantes.

Pourquoi ne pas partager un vélo ?

Pourquoi acheter un vélo quand on ne s’en sert qu’occasionnellement ? Le vélo partagé est l’un des usages phares de l’économie collaborative et correspond aux nouveaux modes de vie urbains, dopés par la multiplication des pistes cyclables. Partant de ce principe, fondé sur l’usage plus que sur la possession, de nombreuses communes ont mis en place des services de vélos partagés en libre-service, accessible 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, moyennant un abonnement mensuel ou le prix d’un déplacement ponctuel. On peut emprunter un vélo à une station et le rendre dans une autre, sans avoir à se soucier de son stationnement ou de son entretien. Ville pionnière de ce mode de déplacement, la ville de La Rochelle a mis en place ses vélos jaunes dès 1976, suivie par Rennes en 1998. Avec Vélo’v à Lyon et Villeurbanne, Vélib à Paris, V’Lille à Lille, Le vélo à Marseille, le service s’est popularisé dans les années 2000 et est aujourd’hui disponible dans près d’une cinquantaine de villes

Port du casque obligatoire pour les enfants

Le port d’un casque homologué à vélo est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, qu’ils soient conducteurs ou passagers, depuis le 22 mars 2017. Cette mesure de sécurité routière a pour objectif de diminuer la gravité des blessures au visage ou les risques de traumatismes crâniens dont les enfants sont victimes en cas de chute. A défaut, l’adulte qui transporte un enfant sans casque sur son vélo ou qui accompagne un cycliste junior dépourvu de casque se verra infliger une amende de 135 euros.

 

Pour financer l’achat de votre vélo électrique, vous pouvez souscrire un Prêt Personnel CASDEN( 1)  : faites une simulation dans votre espace personnel et finalisez votre prêt en ligne (1)(2).

 

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

 

(1) Offre soumise à conditions, sous réserve d'acceptation de votre dossier par l'organisme prêteur, la CASDEN Banque Populaire. L'emprunteur dispose du délai légal de rétractation. 
(2) La réponse définitive vous sera adressée après étude de votre dossier par l'organisme prêteur, la CASDEN Banque Populaire.