Faut-il remplacer sa chaudière au fioul ? Quelles alternatives ?

03/01/2022

Quelles sont les alternatives écologiques au chauffage au fioul ? Dès juillet 2022, il ne sera plus possible d’installer une nouvelle chaudière au fioul. Par quel type d’équipement la remplacer et pour quelles économies d’énergie ?

Faut-il remplacer sa chaudière au fioul ? Quelles alternatives ?

Le chauffage au fioul interdit à partir de 2028 

Avec le charbon, le fioul est l’énergie de chauffage la plus polluante. Il émet des particules fines et des oxydes d’azote, dont les émanations sont toxiques pour la santé. Il est aussi fortement émetteur de gaz à effet de serre. Le chauffage au fioul d’une maison de 100 m2 émet la même quantité de CO2 que si vous parcouriez 50 000 km en voiture. 

Le fioul est cependant encore utilisé par de nombreux ménages équipés de chaudières individuelle ou collectives. Initialement prévue en janvier 2022, l’entrée en vigueur de l’interdiction de nouvelles chaudières au fioul dans les logements et bâtiments a été repoussée au 1er juillet 2022. Cette interdiction faisait suite à une proposition de la Convention citoyenne pour le climat. A compter de cette date, aucun nouveau système de chauffage utilisant à titre principal un combustible dont les émissions de CO2 sont supérieures au seuil de 250g/Kwh ne pourra être installé dans un bâtiment d’habitation ou dans des locaux professionnels.

Il restera cependant possible d’entretenir et de réparer sa chaudière au fioul existante, même si 2028 reste une date de à partir de laquelle les pouvoirs publics veulent interdire ce type de chauffage, conformément à la programmation pluriannuelle de l’énergie. Cependant, il va devenir de plus en plus difficile pour les chauffagistes chargés de l’entretien de ces chaudières de trouver des pièces de rechange. Il est donc souhaitable d’anticiper le remplacement de sa chaudière au fioul par un autre mode de chauffage. L’Ademe estime qu’un ménage réalise en moyenneune économie de 900 à 1 200 € par an sur sa facture de chauffage en changeant sa chaudière à énergie fossile pour un équipement à énergie renouvelable.

Chauffer une maison individuelle 

Dans une maison individuelle, il existe de nombreuses possibilités plus écologiques et souvent moins couteuses de se chauffer. On estime qu’il est possible de réaliser jusqu’à 50 % d’économies sur la facture d’énergie, après amortissement de la nouvelle installation.

- Pompes à chaleur : Cette solution fonctionne exclusivement à l’électricité. Pour qu’elle soit efficace, votre logement doit être bien isolé, en particulier si vous vivez dans une région froide. Vous pouvez choisir un fournisseur d’électricité verte pour un meilleur bilan environnemental.

- Chaudières biomasse à granulés : Ce système exploite l’énergie dégagée par la combustion du bois. C’est une solution économique, car le prix du bois varie peu. En revanche, il faut disposer de suffisamment de place pour stocker le granulé.

- Chaudière à gaz : La chaudière à gaz à très haute performance énergétique peut être raccordé soit au réseau de gaz de ville, soit à une cuve individuelle de GPL. Il faut donc compter le coût du raccordement ou de l’installation de la cuve en sus du remplacement de la chaudière.

 

La CASDEN Banque Populaire vous accompagne

La CASDEN Banque Populaire vous accompagne pour le financement de vos travaux. Contactez un conseiller CASDEN pour déterminer avec lui la solution la mieux adaptée à votre situation.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Chauffer un appartement en copropriété 

En immeuble collectif, le choix de solutions techniques est plus restreint pour remplacer le chauffage au fioul.

- Réseau de chaleur urbain : Si l’immeuble est desservi par un réseau de chaleur urbain, il faut qu’il passe juste au pied du bâtiment car le coût de raccordement demandé peut être très élevé. En revanche, le réseau de chaleur offre un mix énergétique diversifié avec un bon bilan environnemental.

- Pompes à chaleur : Les systèmes par pompes à chaleur (PAC) ne sont pas adaptés pour alimenter un réseau de nombreux radiateurs fonctionnant avec de l’eau chaude à environ 85°C en plein hiver ! Cette solution doit donc être exclue, sauf pour de très petits immeubles, comportant un nombre restreint d’appartements.

- Chaudière à gaz : Les travaux les plus fréquemment préconisés par les chauffagistes en immeuble collectif prévoient donc une rénovation de la chaufferie collective avec substitution du combustible fioul domestique par du gaz naturel. Dans ce cas, l’installation d’une chaudière à condensation à très haute performance énergétique permet de réaliser des économies d’énergie de l’ordre 25 à 30 % par rapport à l’ancienne chaudière.

 

De quelles aides peut-on bénéficier ? 

Pour les ménages à revenus modestes, jusqu’à 90 % du coût d’installation d’une nouvelle chaudière peut être couvert par les aides financières de l’État et des fournisseurs d’énergie. Pour pouvoir bénéficier de ces aides, la nouvelle installation doit obligatoirement être réalisée par un professionnel RGE (Reconnu garant de l’environnement).

- MaPrimeRénov’, une aide de l’État pour la rénovation énergétique.

- Une aide de l’Anah (l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat), délivrée sous conditions de ressources.

- Une aide des fournisseurs d’énergie : les certificats d’économies d’énergie (CEE),

- Le Coup de pouce chauffage : une prime pour remplacer une ancienne chaudière au fioul.

- Les aides des collectivités locales.

N’hésitez pas à en profiter pour améliorer l’isolation de votre logement pour mutualiser les aides.

 

Pour en savoir plus : https://www.faire.gouv.fr